La sensibilité de l’Être Humain en Lien

La sensibilité de l’être humain se situe sur un axe sacré expérimenté et manifesté sur deux pôles actuellement sur terre.

L'”hyper” et le “sous” de Notre centre sensible.

C’est un sujet crucial pour la terre à l’heure actuelle, pour l’être humain en Lien,
pour, son bonheur.

La sensibilité de l’être humain est sa puissance de demain.

Elle n’est pas encore maîtrisée, peu utilisée, pas du tout potentialisée.
Nous rencontrons alors pour l’instant un fossé (dû tout bonnement à une incompréhension) entre des personnes dites hyper sensibles et d’autres jugées a priori insensibles.

Ce sont deux facettes d’une même chose : Notre sensibilité en tant qu’être humain.

Elle cherche à s’exprimer.
C’est… La bombe humaine, rien qu’ça !

Une bombe, c’est dangereux, ça se manie avec précaution,
ça se goupille… ensemble.
Afin qu’elle Nous porte et non qu’elle nous détruise ou nous dresse les uns contre les autres.

C’est pourtant ce qu’il se passe encore, trop souvent, par peur, par manque de confiance,
en notre humanité, en notre sensibilité, en notre lien et.. L’amour qui nous unit, chaque un, “hyper” comme “sous” afin de revenir au… Juste milieu.

Ce centre, à la croisée des chemins, de nos mains qui cherchent à se joindre,
là, au centre de notre poitrine, comme,
une divine prière, faites dans toutes les traditions, depuis le commencement.

Être humain, c’est redécouvrir ce lien et se porter, ensemble vers ce que nous avons de meilleur.

Voici deux témoignages en ce qui concerne les deux pôles de Notre belle sensibilité (le mien et celui de l’homme qui partage ma vie depuis 22 ans) :

Elise :

“J’ai été moi-même fièrement, heureusement et douloureusement hyper auprès d’un “sous” et nous avons appris ensemble à utiliser cette sensibilité à bon escient, de manière équilibrée et maîtrisée, à devenir divinement et humainement sensibles ensemble, chaque fois que nous avons surmonté nos craintes et nos incompréhensions, ce qui a représente une attention, une discipline et un travail de chaque jour pour nous porter aux plus hauts sommets de notre être et de son potentiel en tant qu’être humain en lien et…

Heureux.

Il me faut vous confier et témoigner de la blessure de l’hypersensible qui, depuis son plus jeune âge se sent fou, bizarre, incompris, rejeté, pris au piège d’un milliard de ressentis que nulle part ailleurs on lui a appris à canaliser, gérer, maîtriser, utiliser.

Il me faut témoigner de la haine qui se crée alors dans son cœur, de la rupture qu’il crée par peur avec l’autre, son plus un-portant allié, ici sur terre pour l’aider à défricher et stabiliser ensemble, cette merveilleuse sensibilité.

Il me faut témoigner de cet amour qu’il est capable de ressentir chaque jour au plus profond de chacune de ses blessures/ouvertures et de le partager, l’offrir, à son ami “sous” qui est habité du même amour mais n’a pas pu le sentir si fort, encore.

Témoigner aussi de l’ivresse, la dépendance et le manque de repères stables qu’entraînent ces ressentis et des conséquences délétères au quotidien : l’hypersensible dépend alors de ses envies dans tout ce qu’il fait au détriment d’une vision raisonnable, raisonnée et maîtrisée qui permet, en accord avec ses ressentis, d’être Vivant tout autant, mais surtout heureux, profitant alors, qu’il le sente ou non de tous les bienfaits que peuvent lui offrir la vie.

Il me faut témoigner de la beauté de cet amour qui nous unit, quoi qu’il arrive, en tant qu’êtres humains en Lien, et qui est gâché par des interprétations hâtives et limitantes dans lesquelles la plupart des hypersensibles se retrouvent piégés, privés alors de l’abondance disponible pour chaque un.”

Stéphane :

“Je suis moi-même quelqu’un qui ne sait pas vraiment se définir du point de vue de la sensibilité mais qui constate qu’il a une expression des émotions et de sa sensibilité bien différente de celui qu’on appelle hypersensible.

Il faut témoigner de cette ambivalence entre l’admiration qu’on a pour celui qui “sait” exprimer ses émotions et accéder à des états d’être qu’on aspire à atteindre et cette sensation de “stabilité” qui nous fait nous sentir maîtres de notre vie.

En mettant une distance avec les émotions, la spiritualité, la magie, on peut plus facilement dire qu’on y est “ouvert”, qu’on va “s’y mettre”. Sensation de puissance en potentiel : pourquoi l’hypersensible a tant de difficulté avec tout ça ?

Ah oui, ça fait peur d’y penser … si j’y allais vraiment. Remettons ça à plus tard. Finalement, j’ai l’habitude, je sais gérer les angoisses, la sensation de ne pas me sentir complètement vivant, la culpabilité de ne pas exprimer cette vie face à l’autre, l’hypersensible qui sait exprimer mais qui semble “en chier”.

Et puis, je sais utiliser l’art, la musique, pour exprimer des émotions au travers de celles des autres. Les miennes, je les garde pour moi. C’est plus facile. D’autres ont déjà “fait l’effort”, profitons-en. Bon, j’aspire à autre chose mais il suffit que je me dire “ça se fera”.

Il faut témoigner de la puissance que l’hypersensible peut faire naître chez nous quand il est en phase avec sa propre puissance. Si j’arrive à exprimer spontanément la mienne, peut-être que je m’exposerai, peut-être que l’hypersensible se sentira moins fou, bizarre, incompris, rejeté. Oui, peut-être que ça créera un potentiel d’une puissance capable de changer le monde, ma puissance qui s’exprime, et la sienne qui en s’exprimant potentialisera la mienne. C’est peut-être égoïste ou peut-être pas… on s’en fiche ! Il n’y a peut-être pas “d’hypersensible” et “d’hyposensible” : tout ça n’aura été qu’une illusion mais qui aura eu des effets bel et bien concrets depuis des siècles.”

Je vous invite à venir témoigner sur être humain de votre sensibilité et des difficultés que vous pouvez rencontrer au quotidien ainsi que des questions que vous pourriez vous poser sur le sujet :-).

Belle journée, plein de bisous à vous !!!!!!!

Laisser un commentaire