Mon travail de guérisseuse-témoignage

– A lire également :

Mon travail avec le Reiki
Mon travail avec la magie
Mon travail de chamane –

Je n’avais pas de don particulier déclaré si ce n’est une propension forte à l’aide et un retour positif des personnes qui me côtoyaient à qui je faisais toujours du bien.
J’ai découvert l’art de la guérison en pratiquant le Reiki.
Le fait de poser les mains en silence m’a tout de suite passionnée et j’ai pratiqué sur moi plusieurs heures.
Mon corps a été un laboratoire vivant et passionnant.
Chaque douleur, chaque bobo, chaque tornade émotionnelle, le moindre virus qui élisait domicile dans mon corps a été pour moi une formidable occasion d’apprendre, de voir et d’agir sur ce qu’il se passait, au niveau subtil et physique, à l’intérieur de mes corps.
Je n’ai jamais été attirée par des bouquins sur le sujet car tout m’a été enseigné par la pratique.

En pratiquant plusieurs heures par jour sur moi et sur les autres ensuite, j’ai fait de fabuleux voyages au cœur de la cellule, au cœur de la maladie pour y découvrir, au delà de la pensée un fonctionnement subtil, comme une douce musique, comme une divine harmonie qui cherche sans cesse à se faire.

C’est l’essence même de l’amour que j’y ai trouvé.

Une essence que j‘ai appris à ressentir et qui dépasse de loin notre entendement humain.

J’ai appris à communiquer avec chaque cellule, les écouter, leur transmettre l’un-formation, la note, la fréquence qui remet de la paix, de l’harmonie afin qu’elles puissent danser de nouveau ensemble.

Bien sûr l’amour est présent partout et chaque un d’entre nous y aspire.

Il n’est pourtant pas simple en tant qu’être humain vivant sur terre de s’accorder à cette vibration de l’amour.

C’est l’essence même de la vie sur terre.

Cette difficulté, cet amour qui se cherche et qui tend à nous faire évoluer sans cesse dans un mouvement qui jamais ne cesse.

Je n’ai pas trouvé mon compte dans les théories qui circulent sur les blocages ou les mauvaises expériences, sur les énergies négatives qui seraient délétères, pour le patient comme pour le soignant.

J’y ai plutôt trouvé l’amour qui se cherche, encore, toujours, de mille et une manières.

Le mouvement jamais ne cesse, même sur un corps malade.
Il y a juste quelques dissonances, c’est une nouvelle musique qui se cherche, se prépare.

Chacune de nos ren-contres, auprès d’une personne, d’un lieu, d’un animal, d’une plante, agréable comme désagréable, “positive” comme “négative” va venir chercher un accord nouveau auprès de notre être.
Cet accord est parfois évident parfois si lointain qu’il demande de pianoter des heures, des jours, des semaines, des mois durant pour laisser découvrir un nouvel accord majeur, précieux, merveilleux.

Un accord, une musique, toujours reliée au grand tout,
au service du soi et du nous.

J’ai appris à aimer et accepter toutes les sonorités, même celles qui sont jugées vilaines, malsaines, mises de côté, délaissées
alors qu’elles sont de précieux secrets à dévoiler pour l’être et pour l’humanité.
J’ai appris à les débusquer même quand elle se sont cachées, se croyant inexistantes, elles sont juste inactivées, pour un temps.
J’ai appris à aimer les précieuses résistances qui sont si fréquentes sur terre. Ce n’est pas une anormalité, c’est en fait une banalité que de résister.
Cette résistance précisément provoque un mouvement qui tend vers une douce musique, il crie d’abord pour se faire entendre, pour, s’accorder au mouvement divin de paix, présent pour chaque un.

Mon travail est le plus beau métier : positif, négatif, facile ou difficile, il me met au service de l’amour, de l’accord, de la sublime résonance, des plus beaux sons de musique qui font de ma vie un grand torrent d’amour qui court toujours emportant avec lui chaque petite chose, partant à la rencontre de tous les bords, toutes les rivières,
de la terre entière.

Je travaille avec l’énergie, que j’appelle le subtil mais aussi avec ma voix, mes instruments (je suis musicienne), mes pierres, mes mains, le mouvement, l’encens ainsi que des objets rendus près-cieux et sacrés.

Mon travail se fait lors des soins de manière précise et profonde (la chirurgie dans le subtil est un Art puissant et précieux) mais aussi bien sûr au cœur de chaque rencontre que m’offre la vie pour faire sonner la divine mélodie.

Si mon approche vous parle, vous appelle, que vous ressentez l’appel et que vous souhaitez lâcher ces vieilles craintes et vieilles croyances empoisonnantes quant au mal et au négatif concernant le fait de poser les mains sur vous-même, sur vos proches, vos amis ou qui sait, vos futurs patients, vous pouvez me contacter pour participer à de futurs ateliers ou simplement échanger.

Au plaisir ! <3
Elise Raguet, créatrice d’Être Humain, guérisseuse, chamane, maître Reiki.

Laisser un commentaire