Je n’arrive pas à croire

Ma nièce (ma Calypso d’amour <3) me disait l’autre jour à quel point j’étais chanceuse de croire, elle qui ne croyait pas ou plutôt qui avait si envie de croire.

Croire n’est pas facile dans une matrice où l’impalpable, le non manifesté, le non visible n’a pas sa place. Nulle part, même pas à l’école dans une société qui pourtant se met à bouger, dans laquelle tant de personnes vont consulter des magnétiseurs, acupuncteurs, homéopathes qui pourtant, parlent de l’existence d’une énergie en nous et autour de nous.
Ce sujet reste tabou, inexplicable, inexpliqué, mystérieux pour beaucoup, accessoire, annexe pour la majorité.
Ce sujet fait buter notre raison qui nous fait mener une guerre à l’intérieur de nous-même.

Je répondais à ma nièce qu’il m’avait fallu batailler, travailler dur pour croire, durant des années, vivre des dizaines et des dizaines d’expériences avant de commencer timidement à oser croire et déployer un bonheur, une santé, des capacités, une vie au delà de tout ce que j’avais pu même imaginer. Pour découvrir que, loin d’être quelque chose d’annexe, cela était essentiel.

Il y a beaucoup de personnes qui aimeraient croire.
Croire en l’énergie, croire dans le fait qu’il y ait “autre chose”, croire dans l’invisible, la vie après la mort.
Croire en la magie, en un monde fantastique, féérique, peuplé de fées et de petits êtres fabuleux.
Croire en Dieu.

Croire en eux, en cet espace de tous les possibles, simplement,

Croire

Croire dans notre monde est en train de devenir un luxe, un cadeau précieux que si peu peuvent s’accorder, comme un rêve inaccessible.

J’ai posté cet article dans les difficultés de l’humain. C’est fou, l’humain est détourné de ses difficultés essentielles, existentielles : on lui dit de s’occuper à faire taire ses peurs, sa double nature, ses insomnies, ses douleurs là où… Ces symptômes sont ses précieux alliés qui l’amènent, à bouger.
Ne pas parvenir à croire est un obstacle à l’humain d’aujourd’hui.
Majeur, à son bonheur, sa santé. L’humain ainsi est comme amputé d’une partie de lui-même et non la moindre.
Parce que croire, précisément est un catalyseur de bien-être et de guérison.
Croire, contrairement à ce qu’on pourrait penser de prime abord, loin d’être une folie, une naïveté, est en fait une capacité particulière à se positionner à un endroit, dans une zone qui facilite, crée de la flexibilité, de l’ouverture, du bonheur, de la guérison, de l’évolution.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ? Pourquoi vous ne croyez pas ?
Vous êtes-vous demandé ce qui vous fait peur la nuit, lors de vos insomnies ? Ou dans le silence, quand vous ne faites rien ?
Vous êtes-vous déjà demandé ce que cela pourrait vous apporter d’essayer, d’écouter ?
Vous êtes-vous demandé pourquoi ça coince, pourquoi c’est presque impossible ?

Osez ces réponses, écoutez vos arguments, vous êtes un humain rationnel et pensant n’est-ce pas ? Logique ? Donc, poussez la réflexion, poussez-là aussi loin que vous pouvez et répondez, osez répondre, voir les réponses qui vous viennent, venez même, les partager ici !

C’est très très important de se poser des questions, d’oser le doute, ce moment instable où notre raison vacille, où la structure de l’ego se fendille, ce moment où ça commence à bouger à l’intérieur, même si c’est inconfortable.

Croire est possible et accessible à celui qui ne croit pas mais aurait EN-VIE de croire. C’est une capacité, une qualité, une compétence qui se développe, comme le reste. 🙂

Cela demande, comme tout travail sur soi, de la volonté, du courage, de la détermination, de la persévérance, de la patience, de l’expérimentation.

Avez-vous EN-VIE de croire…? 🙂

 

 

 

2 Commentaires

  1. Calypso D dit : Répondre

    Merci beaucoup ma petite tata ❤ Je t’aime

    1. Je t’aime ma Calypso, merci pour tes mots et pour ton amour, merci d’être Toi <3

Laisser un commentaire