La sexualité de l’humain, lever le voile

* NB : cet article est le premier d’une longue série sur le sujet présenté ici dans la catégorie : La sexualité de l’Humain où vous retrouverez tous les nouveaux articles au fur et à mesure de leur parution.

J’ai reçu un appel d’un homme qui souffrait de compulsion sexuelle.
Mon intuition m’avait prévenue il y a quelques semaines que je serai amenée à accompagner des personnes avec ces difficultés-là, mon voyage au cœur de l’humain m’y ayant préparé. Et j’avais commencé à le préparer ici sur Voyage au cœur de l’humain : Libère ta sexualité !

C’est donc ici l’occasion de commencer à vous parler de sexualité, ce n’est qu’un début, cela va s’étoffer avec vous, au travers d’ateliers autour de ce thème qui seront bientôt présentés en ligne, au travers des consultations individuelles pour ceux qui en éprouveront le besoin.

La sexualité est belle, la sexualité est intime.
Faire l’amour est l’acte le plus beau qu’il nous ait été donné de vivre sur terre.

Un homme et une femme qui font l’amour est la plus puissante des prières faites à l’univers.

Si si :-), ce sont les amérindiens qui nous l’enseignent, eux qui n’ont aucune notion de bien et de mal, de péché et qui ont appris librement à jouir enfant de leur sexualité.

Cette intimité, cette nudité, cette puissance créatrice recouvrée à laquelle nous invite la sexualité, on l’a pas apprise, on l’a peu apprise. Pour certains on la ressent, on la pressent mais on n’ose pas encore l’affirmer, l’incarner.
Je pense à ces femmes prêtes à enseigner à leurs hommes une “autre” sexualité dont elles sont porteuses, tout naturellement.
Ces hommes, qui ont un profond respect pour la femme et ne se retrouvent pas dans des pratiques qu’ils se sont pourtant mis à faire vivre, sans bien savoir pourquoi, pour les copains, le fun, parce que c’est ce qui se fait, ce qui a été vu, entendu, depuis de longues années.

On a appris à porter tout un tas de masques, de rôles dont on ne sait même plus à qui ils appartiennent, ni même ce qu’ils viennent faire là.
Parfois on s’y est tellement identifié qu’on ne s’en rend même plus compte…

Il y a tout un tas de choses qui se sont greffées sur la sexualité de l’humain d’aujourd’hui : de la retenue, de la honte, des tabous, de l’agressivité, des jeux de rôles, des fantasmes divers et variés (domination, agresseur/victime, mises en scènes sado-masochistes…).

Des pratiques qui sont inconnues par exemple et totalement absentes chez des populations qui ne connaissent pas la notion de culpabilité et de jugement (étroitement associés à la notion de mal, de péché) comme la sagesse amérindienne nous l’enseigne.

Que ce soit l’humain qui pratique ou pas n’a pas grande importance, nous sommes tous empreints de ces énergies à un niveau plus ou moins conscient qui sont le reflet des rapports à l’heure actuelle entre les humains (au stade encore très animal) qui se résument grossièrement à dominant/dominé.

Il ne s’agira pas bien évidemment ici de juger ce qui est bien ou mal (ce jugement, précisément, crée du déni) mais de découvrir ce que vous voulez vraiment.

Il s’agira encore, toujours, de lever le voile.
Et voir.

Et ce n’est pas ce qui est qui vous définit mais ce que vous voulez, c’est cela votre puissance d’humain doté du libre arbitre, d’une conscience, d’une volonté !

Et c’est tout un continent, immense, magnifique à découvrir que celui de la sexualité, étroitement reliée à ce que nous sommes, humains. Et il n’y a aucune crainte à ouvrir les yeux ici car ce que vous découvrirez vous dépasse, concerne l’humain dans son ensemble alors que ce que vous voulez (et je ne parle pas ici de volonté pulsion mais de volonté réfléchie, on développera cela ensemble) précisément, vous concerne, vous, ce que vous avez à vivre ce que vous avez à dire, ce que, précisément, vous êtes, qui est si précieux pour l’humanité !

Être conscient est un pas de géant, le premier.

Alors toi qui ne veux plus avoir à te masturber compulsivement, toi qui ne veux plus être excité à tout va et commettre des actes dont tu ne veux plus, toi qui ne veux pas faire l’amour quand tu n’en as pas envie, toi qui te demandes si tu es normale de ne pas jouir avec ton mari, et toi et toi, et toi

Sachez que nous sommes dans une période critique et magnifique d’entre deux durant laquelle nous sommes amenés à grandement évoluer.
Nous sortons d’une dictature de siècles d’humanité durant lesquels les Lois ont été dictées à l’extérieur avec à la clé des notions de bien et de mal, la punition, le jugement.
L’être humain aujourd’hui est capable de sentir ce qui est juste, de le trouver, à l’intérieur de lui même dans la joie, la fluidité et le plaisir, sans plus se blâmer, se punir, se pressuriser, s’empêcher et

sans faire de mal à qui que ce soit.

Chaque trouble, chaque difficulté est un tremplin vers cette évolution, pour peu qu’on s’accepte, déjà, tels que l’on est aujourd’hui, avec notre grande part d’ombre,
et qu’on dévoile notre grande part de lumière qui y est associée.

Homme, femmes, êtes-vous prêts à ce que nous explorions, ensemble, ce continent trop méconnu de la sexualité consciente, et épanouissante ? 🙂

N’hésitez pas à venir commenter, témoigner, réagir, partager, c’est cela être humain, c’est ensemble que nous nous découvrons, que nous nous dévoilons !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.