S’ouvrir à l’extraordinaire

Ancrer et intégrer l’humain extraordinaire

Mon expérience sur le sujet et surtout mon parcours avec ses nombreux détours m’a permis de mettre en lumière des idées reçues et des peurs au sujet de ce que l’on nomme le paranormal ou l’extraordinaire ce qui a pour effet, soit de détourner l’Humain de quelque chose de tout à fait naturel en lui, soit de créer un rapport biaisé et déséquilibré avec cette partie de lui-même essentielle et trop méconnue à l’heure actuelle.
J’aimerais ici apporter une information claire afin de tordre le cou à certaines idées reçues et d’apporter une connaissance à mon sens essentielle à l’humain d’aujourd’hui.

Introduction : s’ouvrir à l’extraordinaire

Pourquoi ?
Qui sommes nous, nous, Humains ?
Que sommes nous venus faire sur terre ?
Dieu existe-t-il ? Quelle est sa nature ?
A-t-on une “destinée » ?
Quelle est notre marge d’action ?
Et surtout, plus important :

Ces questions sont-elles utiles à notre quotidien d’humain, en ce qui concerne nos soucis, nos prises de décision, nos maladies, nos épreuves, notre boulot, nos enfants ?

OUI OUI OUI !

Ces notions sont fondamentales car elles vont faire évoluer notre regard sur nous-même, sur notre quotidien, sur nos proches, nos maux, nos soucis, notre maladie.
Et jouer sur notre bien-être, sur notre bonheur et même sur le monde.

Ces notions à priori purement philosophiques et abstraites demandent à s’intégrer dans le quotidien de l’humain afin de le faire évoluer et d’incarner pleinement son humanité.
Elles vont nous rapprocher de notre humanité et de tout ce qu’elle peut nous apporter notamment en développant certaines capacités encore inexploitées, trop méconnues, réservées jusqu’à aujourd’hui à quelques “élus” (ce qui est en train de changer énormément ces derniers temps) comme la guérison “énergétique”, la médiumnité, les perceptions extra-sensorielles, le pouvoir de l’intention, la télépathie, etc.

Et trop longtemps, l’être humain a séparé cette part spirituelle de son humanité : il s’est détourné de son humanité pour explorer sa divinité ou bien il s’est détourné de sa divinité par peur, à causes d’idées reçues :
“la vie ce n’est pas ça, j’ai des bouches à nourrir, un travail à accomplir pour avoir un toit, je me suis détourné de cela, maintenant c’est fini” ,
“c’est dangereux tout ça”, « chercher à connaitre cela n’est pas une bonne chose » (« c’est l’oeuvre de Satan« )
ou bien encore, il n’y croit pas.

Faire vivre sa spiritualité au quotidien, ce n’est pas se détourner de son travail, de ses enfants, de l’entretien de son jardin, de sa maison, de son corps, c’est au contraire y accorder une importance toute particulière, une attention, une présence, une joie à être humain, pleinement et c’est une très grande source d’épanouissement car c’est au service d’une cause plus grande et plus globale.

Ce n’est pas non plus croire aveuglément en une théorie, en une personne et “s’en remettre à Dieu” sans rien faire.
C’est redécouvrir au contraire sa puissance créatrice.

Il est grand temps que l’humain recrée le lien.
Renouer ce lien, c’est renouer avec ce que nous sommes, humains.

Principes de base

Avant de commencer à vous informer sur l’humain extraordinaire, il est important de poser ici des principes fondamentaux.

L’extraordinaire, la spiritualité de l’homme l’ont en effet amené dans le passé et encore aujourd’hui dans des extrêmes qui ont causé sa perte et l’ont éloigné de son bien, de son amour, du lien, de son quotidien.
La folie, perdre pied avec la réalité, le syndrome de la toute puissance, l’orgueil, la solitude, la mise à l’écart, jusqu’à tuer son frère humain car il ne dit pas la vérité, se détourner complètement du spirituel et donner la toute puissance à la matière et à l’hyper contrôle sont quelques exemples d’une spiritualité mal intégrée, méconnue.

Ne plus se battre pour savoir qui a raison et où se trouve la vérité

La vérité se construit et se déconstruit à chaque instant, en fonction de ce que l’on est en mesure de comprendre sur le moment, en fonction de nos croyances, de nos apprentissages, de notre culture, de notre ouverture, de nos craintes, de nos barrières, de notre caractère.

Ne plus se détourner d’une vérité à cause des mots employés

Les mots que nous employons sont en rapport avec notre culture, notre langue.
Ils sont un support de communication sur terre entre humains qui nous permettent de se comprendre, d’échanger, de partager sur ce que nous ressentons, voyons et vivons.

Ne nous accrochons pas aux mots lorsque quelqu’un essaie de communiquer quelque chose, apprenons à écouter et ouvrir notre point de vue, notre manière de dire, essayons de comprendre l’autre, son langage, son monde.

Ne délaissons pas pour autant les mots, ce sont des balises, des repères
Acceptons de se créer des repères mouvants, ouverts, flexibles.

Se détourner de la quête de l’objectivité pure, chercher la résonance.

Enfin, je dois dire que l’objectivité pure n’est pas possible dans la mesure où l’humain est subjectif par nature, il voit le monde à travers ses filtres de connaissance, il a un passé, il a une “tonalité”, un caractère et, de plus il modifie la réalité par le regard qu’il porte sur elle.
Il s’agit de chercher la résonance, au delà des mots, apprendre à sentir l’information qui va résonner en soi.

Expérimenter cette vérité par soi-même par une pratique, quelle qu’elle soit

Il y a une vérité, toutes les traditions, les religions, les grands sages nous ont enseigné qu’elle existait, qu’elle se trouvait en notre centre.
Elle est alors silencieuse, universelle, au delà des mots, c’est un principe qui relie tous les êtres et les choses, les animaux, les humains, les plantes, les pierres, la terre.

Cette vérité se vit, s’expérimente, se travaille.

On ne peut pas intégrer et jouir de notre part spirituelle juste en lisant des récits fantastiques, en rêvant, en disant qu’on y croit.
L’intégration se fait par le travail, par la pratique (méditation, reiki, tai chi, yoga, etc….).

Travailler sur soi

Ce qu’on appelle le développement personnel, la connaissance de soi va permettre de travailler sur les pensées, les croyances afin de les faire bouger.
Cela est déterminant dans l’intégration de la part spirituelle, d’une part pour ouvrir son regard, construire et déconstruire; d’autre part pour ne pas sombrer dans la folie ou la fuite du quotidien et la perte de repères et ainsi préserver la structure de notre être.

L’outil employé pour entrer au contact de la part spirituelle peut aussi être un outil de travail sur soi, comme c’est le cas pour le Reiki par exemple. Il faut pour cela qu’il permette d’être autonome et qu’il puisse s’intégrer dans le quotidien de l’humain.

Apprendre à écouter

Il existe beaucoup d’humains qui, par le passé nous ont livré des récits extraordinaires sur l’humain et ses potentialités, des guérisseurs, chamans, médiums, clairvoyants, télépathes mais aussi de grands sages, comme Jésus, Bouddha et tant d’autres.
Il sont encore plus nombreux aujourd’hui et nous permettent d’avoir une information claire et détaillée sur les potentialités de l’humain.

Travailler sur soi, prendre du recul sur les mots, avoir une pratique spirituelle va permettre à l’humain d’écouter, enfin, ce que ces humains nous ont rapporté de précieux. Vous découvrirez sur ce site ces humains qui ont ces capacités particulières qui ont résonné avec mon être et m’ont permis de vous offrir cette information inspirante et nourrissante que je m’apprête à vous livrer.

Mille merci à eux.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire